Conseil municipal gignac la nerthe chevalier trubert cuntigh

Compte rendu du conseil municipal du 29 mars 2018

Ce jeudi 29 mars, se tenait un conseil municipal à Gignac-la-Nerthe, le premier depuis le 11 décembre, l’ordre du jour était donc conséquent.

Avant l’ouverture de ce conseil, en l’honneur des victimes du terroriste islamiste de Trèbes et de Mme Knoll lâchement assassinée, M. Amiraty a proposé une minute de silence. Belle initiative à laquelle nous nous sommes évidemment associés. Malheureusement ces moments de recueillement devient une habitude : nous débutons quasiment tous les conseils de cette façon depuis quelques années. Combien de temps les français baisseront-ils la tête pendant que les terroristes connus de tous se promènent en liberté dans nos rues ?

Dès l’ouverture du conseil, ma collègue Eliane Cuntigh a interpellé M. Le Maire au sujet de l’achat par la ville de la maison du Vignon. En effet, Eliane, alertée par le montant élevé de la transaction (250 000€) avait écrit un courrier à France Domaine qui avait évalué le bien. La réponse de France Domaine a été lue à l’assemblée. Il y est clairement indiqué que ce bien avait été évalué sur la base de photographies, sans déplacement d’un expert sur place. Notre groupe a fermement demandé la réévaluation du bien in situ, option proposée par France Domaine. M. Amiraty a refusé cette option considérant que le prix évalué lui convenait, alors qu’il avait déjà avoué que certaines estimations étaient au dessus du prix du marché, sans s’en émouvoir.

Puis l’ordre du jour a débuté par un débat d’orientation budgétaire. Xavier Trubert a pris la parole au nom de notre groupe pour dénoncer les nombreuses acquisitions à prix élevé que la ville réalise et compte continuer à faire. Ces achats entrainent une augmentation de la dette des Gignacais et une dépense inconsidérée de l’argent public distribué par le conseil département. De plus, les nouvelles infrastructures engendreront une importante augmentation des frais de fonctionnement de notre commune dans un contexte où les dotations de l’état sur le budget de fonctionnement sont en forte baisse.

Xavier a également exprimé son inquiétude pour l’avenir de notre dernier agriculteur, M. Nardo Valdo, qui malgré un travail acharné et des produits de grandes qualité, est en difficulté financière. Dans ce contexte, les projets de création de nouvelles exploitations agricoles après l’achat à grand frais de parcelles par notre ville nous semble utopique.

M. Amiraty nous informe également de la poursuite du déploiement des caméras de vidéoprotection, seul point de ses promesses de campagne de 2014 qui aura été honoré ! Xavier attire son attention sur le fait que les caméras déjà en place ne sont pas entretenues et que nous doutons de leur efficacité. Avant de s’engager dans de nouvelles dépenses, nous aimerons demandons un rapport sur l’efficacité de ce dispositif.

Camera de video surveillance detruite

Un dernier point a particulièrement attiré notre attention, le budget prévisionnel tablant sur une baisse de 240 000€ de la masse salariale en 2018.Cette baisse nous parait impossible compte tenu de l’augmentation de la population et de l’exploitation des nouvelles infrastructures, réclamant plutôt une augmentation du nombre de fonctionnaires municipaux. De plus, la suppression des emplois aidés crée de nouvelles charges pour la municipalité. Il faut ajouter à cela un découragement des fonctionnaires déjà en place devant le manque de reconnaissance de la part de l’équipe de la majorité.

 

Point 3 : Acquisition de caméras individuelle pour les policiers municipaux

Nous nous sommes associés à cette demande qui vise à un meilleur civisme de la part de la population lors des interventions de nos policiers municipaux, pour un cout d’investissement raisonnable. Je rappelle qu’au conseil régional, mon groupe Front National avait réclamé le même dispositif pour nos pompiers, régulièrement victimes d’incivilités. Les élus LR avait alors tous voté contre notre proposition.

Le point 4 a été retiré de l’ordre du jour

Point 5 : contrat d’assurance des risques statutaires

Nous nous sommes associés à la démarche de renégociation de ces assurances

 

Point 6 : régime d’astreinte et de permanence applicable aux agents

Nous avois choisi de voter l’abstention car s’il est normal que certains personnel des services techniques puissent être de permanence ou d’astreinte afin d’être mobilisé en cas d’urgence (fuite d’eau, problème éléctrique…), les conditions que la mairie veut imposer à ces agents nous semble plus discutable. En effet, le niveau de rémunération est extrêmement bas : 8€60 brut pour le personnel d’exploitation pour une nuit en semaine par exemple. De plus, il est imposé aux agents d’arriver sur place de jour, comme de nuit en 15 minutes ! Ce qui est totalement irréaliste et dangereux pour la sécurité des agents qui devront se mettre en danger sur la route afin d’arriver dans les temps… Nous craignons également que cette mesure impossible à tenir serve de moyen de pression contre les agents qui ne seraient pas suffisamment « obéissants », permettant ainsi des sanctions plus politiques que pragmatiques.

La tant attendue délibération concernant les compteurs Linky, point 24, est enfin arrivée, plus tôt que prévu. En effet, devant l’impatience du public venu nombreux pour l’occasion, M. Amiraty a bouleversé l’ordre du jour avec l’accord de l’ensemble des conseillers municipaux.

Remplacement des compteurs par linky d enedis

J’ai salué l’initiative de cette délibération consistant en l’interdiction de la pose des compteurs communiquant sur l’ensemble de notre commune. Ces compteurs sont très intrusifs puisqu’ils permettent de suivre la consommation d’un foyer appareil par appareil. De plus, il n’est pas prouvé que les ondes, émises par ce compteur ne soient pas néfaste pour la santé, l’utilisateur n’ayant pas moyen de le débrancher sans se priver de l’utilisation de l’ensemble du réseau éléctrique. A cela s’ajoute un rapport accablant de la cour des comptes, un débat à l’assemblée nationale, une mise en demeure de la CNIL et des suspicions de départ d’incendie. Le remplacement de l’ensemble des compteurs est une aberration écologique puisqu’ils sont toujours fonctionnels, il est ridicule de les détruire pour les remplacer par des appareils dont l’obsolescence est programmée à 10 ans d’utilisation. J’ai aussi rappelé à l’assemblée, qu’une délibération n’était pas suffisante pour arrêter l’installation de ces compteurs, puisque Enedis les attaque régulièrement au tribunal administratif. Une démarche individuelle est nécessaire (voir notre article à ce sujet) mais elle entrainera un surcout à la fin du déploiement national. La seule démarche efficace pour le consommateur est de demander à l’état de revenir sur ses positions et de rendre la pose de ses compteurs facultative, basée sur le volontariat, et uniquement lorsque de compteur déjà en place est défectueux. Le vote d’une motion par l’ensemble du conseil municipal serait un signal envoyé à l’Etat. Enfin, j’ai invité toutes les personnes présentes à se mobilisation auprès d’un collectif anti-linky comme celui des Bouches du Rhône.

Les points suivants n’ont pas appellé à de gros débats. Nous avons rappelé que même lorsque nous votons les demandes de subventions, cela n’engage en rien notre approbation sur les projets eux-mêmes mais que nous ne pouvons nous opposer à ce que ces projets, une fois votés par l’équipe en place, pèsent un peu moins lourd dans les finances des Gignacais. Nous avons toutefois dû nous abstenir sur le point 13 tant l’argent public était dépensé à outrance. En effet, le cout de la rénovation de la boucherie 36 rue de la république et du logement situé au dessus nous a choqués : 434 739€ !

A l’occasion d’une délibération traitant de salubrité, Eliane Cuntigh a souhaité signaler des dépôts de déchets en plusieurs points de notre commune. Cependant, M. Amiraty voyant l’heure avancer s’est énervé, interdisant à ma collègue de s’exprimer. Vous trouverez son point de vue ici.

Laure Chevalier

Gignac la Nerthe FN Front National Amiraty mairie Xavier Trubert Maire laure Chevalier Eliane Cuntigh